un forum dédié aux assistantes maternelles et familiales
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pikler : Bilan après 2 années de pratique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
cathy
modérateur
modérateur


Nombre de messages : 11078
Emploi : Assistante maternelle
Date d'inscription : 24/08/2005


13082009
MessagePikler : Bilan après 2 années de pratique.

Cela fait maintenant un peu plus de deux ans que je base mon travail sur une approche « piklerienne » de l’éducation et je pense pouvoir maintenant faire un petit bilan professionnel sur cette façon de faire. Je vous livre donc mes impressions.

Tout d’abord, il faut peut être, pour les nouvelles et celles qui ne connaîtraient pas encore, que je rappelle les bases de cette approche telles qu’elles peuvent nous servir dans l’exercice de notre profession d’assistante maternelle.

Travailler « à la Pikler » donc c’est donner une importance primordiale à la motricité libre : dès 3 mois, l’enfant est donc placé le plus souvent possible à plat dos sur un simple tapis, l’assistante maternelle ayant pris soin de posé autour de lui des jeux adaptés à son évolution.

Ce bébé ne sera jamais mis dans une position qu’il n’a pas expérimenté de lui-même, si bien qu’il ne sera jamais assis avant qu’il ne sache le faire tout seul, qu’il ne sera jamais aidé en le tenant par les mains pour le faire marcher. Ainsi trotteur, transat et même chaise haute ne seront pas utilisés. Plus tard l’enfant expérimentera de lui-même son environnement et les jouets qui sont mis à sa disposition, ce qui implique qu’on ne lui montrera jamais comment poser la pièce de son puzzle ou comment emboîter des éléments. D’une manière générale, on ne lui apprendra rien au sens pédagogique du terme avant qu’il ait au moins 18 mois.

Travailler « à la Pikler » c’est aussi accorder aux soins et aux repas une importance telle qu’ils doivent toujours être source de bien-être pour l’enfant. Chaque enfant accueilli doit sentir que ces moments lui appartiennent totalement et qu’il peut faire confiance à l’adulte. Les gestes doivent être toujours très doux, sans oublier auparavant d’expliquer chaque geste à l’enfant.

Travailler « à la Pikler » c’est enfin faire une totale confiance à l’enfant qui a les capacités d’être le moteur de son propre développement.

Lorsque j’ai commencé à travailler de cette façon, je ne pensais pas que les résultats seraient si probants.

Je tiens à signaler en tout premier lieu qu’au point de vue acquisition des postures (station assise, marche…) il n’y a aucune différence. Les enfants que j’ai accueillis depuis deux ans ont marché à peu près au même âge que ceux que j’avais stimulé à outrance en me cassant le dos pour leur « apprendre » à faire leur premier pas. Je tiens à faire cette remarque en premier afin de rassurer les personnes qui pourraient penser que laisser faire l’enfant va provoquer un retard dans les acquisitions.

Mais la chose la plus spectaculaire je trouve, c’est que depuis deux ans, je n’ai à déplorer aucune chute, incident ou accident (je touche du bois !!!) qui auraient nécessité l’utilisation de la trousse d’urgence, si bien que je me suis aperçue avant les vacances que je n’avais même pas racheté d’Hémoclar et que celui que j’avais était périmé.

Je ne dis pas que les enfants ne tombent pas, mais ils ne se font pas mal. Comme on ne les sollicite pas, ils se lancent dans une exploration de l’espace seulement si ils sont suffisamment sûrs d’eux.

Un exemple précis : le toboggan. Avant j’aidais les enfants à monter sur les marches, je les tenais pour ne pas qu’ils tombent. Il en résultait un stress important de ma part, car les enfants eux ne faisaient pas attention au fait que j’étais là pour les assurer ou pas. Il est donc arrivé qu’ils tombent en essayant de faire seul, un acte qu’ils n’étaient pas capables de faire. Maintenant je ne les aide plus et aucun ne s’est lancé dans l’ascension d’un toboggan si il n’était pas dans la capacité d’arriver jusqu’à bout. Bilan de l’opération Nounou n’est plus stressée et je ne vous dit pas le plaisir de l’enfant quand il arrive enfin à faire comme les copains sur le toboggan. L’aider à monter c’est le priver de ce plaisir.

Au niveau des soins, le changement de couche n’est plus vécu de ma part comme une corvée à laquelle il faut se soumettre. C’est un réel moment d’échange avec l’enfant qui très vite participe activement à son change. Il n’y a pas de pleurs, et l’enfant est serein.

Les repas en général se passent bien pour ce qui est des tout petits. Pour les plus grands, il arrive, au moment de l’apparition des « néo-phobies » que les repas soient un peu moins cool qu’avec un bébé mais je fais confiance à l’enfant et ce n’est donc plus une source de conflit.

Les parents sont en général satisfait, d’autant plus que désormais, j’arrive à leur expliquer mon travail en véritable professionnelle, ce qui n’était pas forcément le cas au début. Certains parents m’ont fait remarquer que cette façon de faire donnait aux enfants le goût de l’effort et de ce fait, en faisait des êtres ouverts à la découverte et avides de connaissances.

Bien sûr, cela ne règle pas tous les problèmes (ce serait trop simple) et toutes mes réticences du début n’ont pas disparues.

Notamment j’avais peur que cette façon de faire qui fait que tout conflit avec l’adulte est évité à l’enfant ne prépare pas celui-ci à une socialisation correcte. Et il se trouve que j’ai remarqué effectivement que les enfants que j’accueille ont un peu de mal à se faire à l’ambiance de la ludothèque par exemple. Ils sont très vite affolés lorsqu’une nounou crie un peu trop fort, cherchent souvent à se rapprocher de moi et reforment souvent les binômes de la maison, plutôt que de se faire de nouveaux petits copains. Mais à vrai dire, je n’en ai jamais discuté avec les autres assistantes maternelles et peut être que cette façon de faire est commune à tous les enfants. En fait je reporte peut être sur eux mes propres angoisses et c’est à moi de faire un travail psychologique là-dessus.

Une autre chose aussi qui a son importance, travailler ainsi ne m’a pas permis de résoudre tous les conflits qui peuvent se produire entre les enfants. La jalousie, les envies de piquer le jeu du voisin, les disputes voire même les violences existent toujours. Mais là aussi, je pense que c’est à moi de travailler là-dessus. Notamment pourquoi ne pas acheter les jeux en deux exemplaires identiques afin d’éviter quelques conflits. Au lieu d’avoir 6 jeux d’encastrement différents, ne serait-il pas plus judicieux d’en n’avoir que 3 mais en double !

Je pense aussi que je dois rester vigilante et arriver à anticiper les conflits pour pouvoir, pourquoi pas, proposer une activité plus dirigée lorsque la tension monte.

Enfin pour conclure, je dirais que le bilan est quand même largement positif et mon travail beaucoup plus intéressant.

Voila pour mon ressenti. J’aimerais que vous me disiez ce que vous en pensez (enfin pour celles qui auront eu le courage de me lire jusqu’à la fin !!!!) Laughing

_________________
http://nounoustaties.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nounoutaties.blogspot.fr
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Pikler : Bilan après 2 années de pratique. :: Commentaires

Coucou Cilounette ! Contente de te revoir de temps en temps !

Pour ce que tu dis sur les plus de 18 mois , je crois que çà découle d'une certaine confusion entre les mots , courante quand on parle de Pikler !
En effêt , il n'est dit nulle part qu'il faut à tout prix laisser l'enfant évoluer seul comme dans un désert !

L'enfant vit dans un milieu ( institution ou famille ) et donc voit les adultes vivre la vie quotidienne . Donc fort logiquement , il y a un âge ( précisément autour de 18 mois le plus souvent Wink ) ou il imite les adultes .
Donc là , il n'y a aucun inconvénient à ce que l'adulte lui donne les outils nécessaires pour l'imiter , comme tu l'as fait avec l'éponge pour nettoyer la table .
Il peut aussi participer à l'élaboration des repas , mais si !
Nous avons de très belles photos de Godichon battant les blancs en neige à côté de son tonton , très sérieux et concentré sur sa tâche ! Et il avait 22 mois ! Le seul problème venait du batteur électrique un peu lourd à la longue .

Il peut aussi aider à mettre le linge sale dans la machine à laver , balayer ( avec un petit balai à sa taille ) , donner les pinces à linge , sortir le tuyau de l'aspirateur du placard , etc ...

A Loczy , les enfants grandissants mettent le couvert de leur groupe , desservent les tables , participent à la vie quotidienne .
La différence , c'est qu'ils le font spontanément , par imitation quand ils sont capables de porter les assiettes , les verres sans les casser .
Et l'autre différence ... c'est qu'on leur fait confiance !
Godichon était très fier de vider avec nous le lave-vaisselle , de porter les assiettes et les couverts sur la table ...

Et , cerise sur le gâteau , on peut ainsi aborder les chiffres , non en lui faisant compter les couverts , mais en nommant les convives ayant besoin d'une assiette .. Quand le nombre d'assiettes changeait , il a fini par dire " y en a plus " ( que nos 3 habituelles ) .
On peut aussi parler des matières différentes , de ce qui casse ou pas ...
Evidemment que l'enfant n'est pas laissé seul comme en plein désert...

En fait c'est sur le côté : laisser l'enfant découvrir seul comment jouer avec quelque chose, pas d'apprentissage (au sens pédagogique du therme)... ça n'a plus fonctionné à partir de cette période. Et ce n'est pas parce qu'elle était habitué à ce qu'on lui montre les choses...puisque nous ne l'avions jamais fait. Je pense que c'est une évolution chez l'enfant. Montessori décrit l'enfant comme un esprit absorbant...il a jusque là absorber son environnement (découverte par les sens de ce qui l'entoure) et maintenant il absorbe les gestes.
Je comprends mieux ce que tu veux dire !

Ne pas montrer , c'est ne pas montrer l'usage d'un jouet ou d'un objet avant que l'enfant ne l'ai découvert tout seul .
Je pense que tu as déjà vu quelqu'un offrir un cadeau à un enfant .. le lui reprendre des mains pour le déballer , lui montrer comment on s'en sert ... et finir par jouer tout seul avec l'objet parce que l'enfant a trouvé une autre occupation , ne serait-ce que de jouer avec l'emballage !

Ca veut dire aussi qu'on donne le puzzle avec les pièces enlevées , le camion tel quel , la poupée aussi ... Et l'enfant mettra les pièces du puzzle ( même s'il met plusieurs mois à y parvenir ) ,fera rouler le camion à la main avant de découvrir qu'il s'agit d'un camion à friction , déshabillera la poupée petit à petit ... et n'aura pas forcément envie de la rhabiller ....

De même qu'on laisse l'enfant dessiner selon son inspiration , sans " modèle " , et qu'on l'on accepte de voir " papa " là ou ne semble apparaitre qu'un vague rond ....

Le but est de ne pas se substituer à l'enfant dans sa découverte .
Mais bien sûr , ça ne veut pas dire qu'on ne peut pas proposer à l'enfant des gomettes ( à coller n'importe ou sur la feuille ) , des feutres ( idem ) , de la pâte à modeler , de la pâte à sel ... Mais il faut toujours laisser l'enfant avancer à son rythme ... et ce , même si on trouve le résultat " moche ( Wink Cathy ) !
Et si on veut un résultat pour un objectif qui nous est important , on adapte : l'enfant dessine sur toute une feuille ... et l'adulte découpe l'oeuf de Pâques ou le sapin de Noël ensuite !

Au fil des jours et des semaines , on remarque une organisation dans le grabouillis ,une occupation de l'espace très parlante ,une affirmation du trait qui vient de l'évolution de l'habileté de l'enfant .

Pour Godichon , j'ai pu donner à ses parents plusieurs feuilles couvertes des oeuvres de leur fils . On y voit l'affirmation de sa couleur favorite , la capacité à organiser les ronds , les traits , les points en occupant tout l'espace disponible mais sans déborder dans le vide autour de la feuille .
Ce sont des indicateurs très importants de la santé psychique , du développement affectif et moteur , de l'orientation spatiale .
super intéressant de vous lire
j'applique aussi autant que possible et si je retrouve un bb je relirai l'éveil de 'lenfant avant de l'accueillir
merci
Cilounette, as-tu lu des ouvrages sur Montessori ? Si oui pourais-tu nous en indiquer les références ?
J'ai oublié de remercier Nounouche qui a dit avec des mots professionnels, ce que je voulais dire quand je disais "interpréter les dessins "tout moches" Laughing
cathy a écrit:
J'ai oublié de remercier Nounouche qui a dit avec des mots professionnels, ce que je voulais dire quand je disais "interpréter les dessins "tout moches" Laughing



Pour les références je reviendrai pendant la sieste, j'aurai plus de temps.
Je vous met un lien sur une vidéo d'une école montessori en France. ça permet de voir un peu l'ensemble dans le cadre d'une école.

http://mely.futuremaitresse.over-blog.com/pages/Reportage_sur_la_methode_Montessori_-1584504.html

Ensuite, malheureusement, il n'y a pas de livre en français qui explique cette méthode pour les 0-3 ans : période qui nous touche plus particulièrement. Personnellement j'ai lu un livre en anglais : "montessori from the start"

Sinon, il y a les livres de Maria Montessori notamment "l'enfant", "l'esprit absorbant", "de l'enfant à l'adolescent", "les étapes de l'éducation". Sachant que les deux premiers sont difficiles de lecture et que la société qu'elle décrit peut nous paraître dépassé.

Pour l'enfant à l'adolescent, elle décrit les périodes par lesquelles passent l'enfant et je trouve qu'elle a une bonne vision des choses.
Maintenant, je vais rebondir sur ce que tu m'as répondu Nounouche. Ce n'est pas que je ne suis pas d'accord avec ce que tu écris mais on en vient à des questions que j'ai pu me poser sur certaines limites que pourrait avoir l'approche de pikler...peut-être que d'autres se les posent aussi...

Tu donnes en exemple de donner un puzzle sans placer les pièces. La question que je me pose est : est-ce que l'enfant va comprendre quoi en faire s'il n'a jamais vu personne s'en servir. Je dis pas qu'il doit trouver de suite, je demande le trouvera-t-il un jour? Je comprends bien l'idée du plaisir qu'à l'enfant de découvrir par lui même ce qu'il peut faire de quelques choses mais je pense que la plus grosse erreur que l'on a tendance à faire c'est de montrer avant que l'enfant soit capable de le faire, du coup on lui enlève son plaisir et on le rend dépendant.
J'avoue avoir fait l'erreur de déshabiller la poupée de ma fille alors qu'elle est incapable de le reproduire, du coup elle me demande tout le temps pour que je lui fasse mais je n'ai à m'en prendre qu'à moi même !
Coucou, d'où l'avantage d'avoir des grands et des petits en même temps car ainsi les petits prennent exemple sur les plus grands pour certains jeux.
Par contre parfois l'exemple serait à éviter. lol!
Je trouve ça très intéressant cette approche, l'enfant est respecté.
J'utilise tout de même le transat et aussi le trotteur bien que je place aussi l'enfant par terre sur le dos pour qu'il puisse jouer par lui même. Certains venant très peu ont des habitudes chez eux qu'ils ont du mal à oublier.
J'essaie de rester le plus naturelle possible et de faire comme je le sens pour le meilleur de tous, merci de nous avoir fait partager ton expérience Cathy.
Merci aux autres aussi biensûr.
Approche EMMI PIKLER
Message le Mer 9 Sep 2009 - 22:14  guglerjen
Je suis en formation pour devenir Educatrice de l'Enfance 0-12 ans à l'Ecole Supérieure en Education de l'Enfance mention ES. Oui, je suis Suisse.

J'ai eu la CHANCE de travailler dans une institution travaillant avec la pédagogie d'Emmi Pikler. J'ai pu observer des choses incroyables. C'est fou de passer 4 heures dans une crèche où 4 groupes de tout-petits s'éveillent et ne pas entendre un pleur, ni cri, ni énervement, ni stress!!! Cette approche est une grande richesse. Il est pour moi essentiel de prendre en ressource ces pratiques...

DOUCEUR, RESPECT, RECONNAISSANCE, CONFIANCE, PERSONNE A PART ENTIERE, RELATION DE CONFIANCE, CREER DES LIENS, MOMENTS PRIVILEGIES, SOINS DE QUALITE....

Permettre à l'enfant de s'éveiller à son rythme. L'accompagner dans ces découvertes. Le laisser faire seul. Faire confiance à l'enfant. Parler avec douceur et respect. Lui offrir des moments uniques où nous sommes entièrement à sa disponibilité. L'enfant sait qu'il aura lui aussi son tour, qu'il a sa place parmi une collectivité. Cela est important pour sa reconnaissance! Prenons l'enfant avec ses capacités et permettons lui de se développer au mieux...

Dans le ventre de sa maman, l'enfant vit dans un monde aquatique, où il est satisfait de tous ses besoins. Mais voilà qu'il naît, il y a du bruit, on est ébloui, tout est agression autour de lui. Que se passe-t-il? L'enfant ressent des souffrances terribles, mais voilà que quelque chose de chaud et doux apaise ces douleurs. Dès que ces sensations se mettent en place, qu'est ce que c'est horrible, mais qu'est-ce qu'il se passe? Et petit à petit l'enfant peut se faire des repères. Quelle chance d'avoir des parents fiables, qui répondent à ses besoins...

Emmi Pikler a su observer les enfants, les bébés. Elle a pu décoder ce que les enfants pouvaient être entrain de vivre. Elle a étudié quel besoin a un enfant. Comment faire pour qu'un enfant qui n'a plus de parents ne dépérisse pas. Il est prouvé que l'enfant a besoin, pour bien se développer, d'affection (cf : théorie sur l'attachement, selon Bowlby, Ainsworth ou encore Winnicott). Si un enfant est juste nourri, lavé et changé sans lien affectif, son monde psychique ne peut pas se développer. Ainsi, il y aura des carences graves (cf : une maison pour grandir, Emmi Pikler, Lòczy), cela s'appelle l'hospitalisme selon Spitz. Oups je m'égare du sujet...

Ce que je veux dire c'est que cette approche est une source incroyable. Prenons-en bon conseil... Mais attention à ne pas mal l'utiliser! Il est important de bien se renseigner sur le sujet, c'est un apprentissage!!! Comprendre le sens de ces pratiques, demande de l'observation et de la patience...

Je me réjouis d'avoir mes propres enfants pour appliquer cette pédagogie...

BIEN DU PLAISIR!

Jenny.
Un grand merci pour ton témoignage Jenny et bienvenue sur le forum.
Emmi Pikler
Message le Mer 9 Sep 2009 - 23:48  guglerjen
Il est important de faire valoir notre métier! Démontrons l'importance d'avoir une formation et d'avoir de l'expérience.
Garder des enfants est une chose accessible, mais PRENDRE SOIN DES ENFANTS en est une autre!

Jenny.
Tu as raison. D'ailleurs dans la mesure du possible nous essayons toujours de dire "Accueillir un enfant" plutôt que "garder un enfant".
En Suisse, nous ne parlons pas de garde l'enfant non plus. Nous ne sommes pas des gardiens d'enfants! Nous somme là pour PRENDRE SOIN des enfants et non pas pour les surveiller!!
Notre travail est de les observer pour mieux les comprendre. Cela pour adapter nos pratiques à leur propre besoin.
Pour répondre à CILOUNETTE2001,

Le meilleur apprentissage se fait par les pairs. Laissons l'enfant faire ses découvertes. Notre rôle d'adulte est de penser et réfléchir un cadre permettant à l'enfant d'expérimenter en toute sécurité. Il pourra ainsi explorer son monde par ses yeux d'enfant. Et non par les attentes de l'adulte.

La pédagogue MONTESSORI a dit : "Aide-moi à faire tout seul" ou encore "Toute aide inutile apportée à l'enfant est un obstacle à son développement"...

Jenny.
Oui,le "aide moi à faire seul", c'est sur ça que repose sa pédagogie... et l'esprit absorbant de l'enfant. Il absorbe nos actes et les reproduit ensuite. C'est pour ça qu'il y a une présentation de l'activité à l'enfant. Ensuite on le laisse découvrir, expérimenter et s'entrainer à sa guise sans intervenir. On retrouve donc une part de découverte personnelle car l'adulte n'est pas à contrôler le geste tout le temps mais ce n'est pas de la découverte pure car on l'a amené à l'activité. Il est vrai que cette manière de faire (présentation) s'adresse à des enfants à partir de 2 ans et demi-3 ans...donc déjà plus grand.
 

Pikler : Bilan après 2 années de pratique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nounous taties et cie :: Forum "Petite Enfance" :: Espace Emmi Pikler-
Sauter vers: