un forum dédié aux assistantes maternelles et familiales
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 la maltraitance sur les enfants

Aller en bas 
AuteurMessage
Béatrice.

avatar

Nombre de messages : 2469
Age : 44
Emploi : assistante maternelle
Date d'inscription : 06/09/2008


25012011
Messagela maltraitance sur les enfants

hier soir avec une amie ass mat nous sommes allées au rendez-vous des lundis de la santé, ce sont des conférences qui ont lieu une fois par mois le lundi. C'est l'U B O (Université de Bretagne Occidentale ) qui les organisent, en mai prochain ils fêteront leur 10 ans, ce qui représente 100 lundis de la santée, sur différents sujets : ici la maltraitance, mais aussi la dépendance aux opiacés, la ménopause, les épidémies et grippes, le don du sang et la transfusion...;etc etc...

Nous sommes donc allées voir cette conférence sur la maltraitance, sujet difficile puisque cela touche les enfants.

Il y avait un médecin légiste, une juriste et le chef de service de la PMI de Brest Métropole.

Quelques images difficiles à regarder forcément...mais réunion très très intéressante. Seul regrets c'était très axé sur le législatif, mais qu'il est bon de savoir quand même à qui s'adresser, pour peu qu'on veuille signaler ou informer (2 notions différentes en droit).

Par exemple si vous voulez signaler qu'un enfant est en danger imminent il faut envoyer un courrier, un mail, un fax au Tribunal de Grande Instance, qui engagera des poursuites et des sanctions par l'intermédiaire du Procureur de la République.

Si vous soupçonnez qu'un enfant est maltraité et que vous avez des inquiétudes, alors c'est les services sociaux qui seront concernés. Vous devrez donc avertir le CG , la PMI, ou le 119 par courrier, ou appel téléphonique.

On nous as aussi expliqué les signes qui doivent nous alerter et qui sont souvent les signes visibles d'une maltraitance : ecchymoses asser nombreuses et de couleurs différentes qui prouvent que l'enfant 'tombe' ou se 'cogne' souvent et sur différents endroits du corps. (le légiste nous as montré une diapo d'un tout petit qu'il avait du autopsier pour une enquête, ouch dur dur No )

Ils nous ont aussi expliqué la question du secret médical des médecins qui ne sont pas obligés de dénoncer les cas de maltraitances, et qu'il peut essayer de régler 'ça' en interne avec lui et la famille; sujet discutable puisqu'il en va de la sécurité d'un enfant. Mais comme le disait le légiste, obliger les médecins à dénoncer les familles maltraitantes ferraient que ces familles ne présenteraient plus du tout les enfants aux médecins et que du coup ces mômes sortiraient complétement du systéme médical et là plus aucuns contrôles....J'avoue que je n'avais pas vu les choses comme ça, mais du point de vue d'un quidam ça peut paraitre illogique et anormal qu'un médecin ne dénonce pas ces actes.

Bref beaucoup d'informations très intéressantes, même si difficiles à écouter et voir...

Ajoutons à cela quelques souvenirs des années fac que j'ai bien aimé retrouver hier soir...ça c'était la partie anecdote, souvenirs, souvenirs...lol
Je finirais par mettre le lien sur la déclaration universelle des droits de l'enfant

http://www.droitsenfant.com/cide.htm
Je vous mets l'article du Ouest-France sur la conférence d'hier soir.

Ce soir, au Lundi de la santé, trois intervenants vont lever le voile sur ce tabou.
417 suspicions sur BMO

En France, 100 000 enfants sont susceptibles de souffir de maltraitance et 15 000 signalements sont émis chaque année. Sur le périmètre de BMO, on compte 417 informations préoccupantes. Les médecins sont en première ligne pour détecter les signes de mauvais traitements : « Les blessures non accidentelles et localisées à des endroits inhabituels, comme les lésions sur les zones de prises, à la racine du bras », explique le Dr Quillien, médecin légiste. Tenu par le secret professionnel, le médecin « a le choix entre privilégier la confiance en la famille, ou passer outre et le signaler à un tiers ».

Un souci de définition

La réforme de la protection de l'enfance de 2007 a modifié les règles du signalement judiciaire. Un enfant maltraité est victime de violences physiques, cruauté mentale, abus sexuels ou négligences. Un « signalement », traité par le procureur, s'inscrit dans un cadre judiciaire. À la différence d'une suspicion ou « information préoccupante », qui déclenche une évaluation administrative. « Et non une enquête ! », précise le Dr Lucas, chef de service de la protection materno-infantile (PMI) du conseil général et de BMO. Les acteurs sociaux entrent alors en jeu dans un but de prévention. Un numéro d'alerte national gratuit est aussi disponible : le 119.

« Désacraliser la maltraitance »

« Ce problème de société n'est pas réservé qu'aux professionnels, souligne Sylvie Maillard-Jaffrès, chacun doit se sentir impliqué. Il faut désacraliser le sujet et continuer la prévention. » Le Dr Quillien ajoute que la maltraitance infantile « est une réalité. Et il le faut le reconnaître ».


Kevin BERNARD.
Plus d'informations dans le journal Ouest-France
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

la maltraitance sur les enfants :: Commentaires

Aucun commentaire.
 

la maltraitance sur les enfants

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nounous taties et cie :: Forum "Petite Enfance" :: Ben qu'est-ce qui t'arrive p'tit loup ?-
Sauter vers: