un forum dédié aux assistantes maternelles et familiales
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Faire ses nuits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fanny

avatar

Nombre de messages : 606
Age : 41
Emploi : Assistante Maternelle
Date d'inscription : 26/08/2008


07042010
MessageFaire ses nuits

Je sais pas trop quel titre donner. Je sais pas trop non plus dans quelle rubrique poster (Parents ? Petite enfance ?). On peut le déplacer ou le supprimer. C'est un article que je viens d'écrire sur comment modifier chez son enfant un comportement qui nous déplait et que je voulais vous faire partager.


J'apprends à mon fils à faire ses nuits
ou
Comment modifier chez un enfant un comportement qui nous pose problème


INTRODUCTION ; j'apprends à mon fils à faire ses nuits :


Depuis une semaine, mon mari et moi nous apprenons à notre fils de six mois à « faire ses nuits ».
Nous avons commencé la diversification alimentaire et nous lui donnons une compote le soir. Ça me rassure car, quand je ne lui donne plus le sein la nuit, je suis certaine qu'il n'a pas faim. Je sais intellectuellement qu'il est suffisamment gros et âgé, et que même en n'étant qu'au sein il aurait pu passer une nuit sans téter avant ses six mois. Mais avant ses six mois, je crois que je n'étais pas prête.

Maintenant je suis prête. Nous avons un « tour de rôle » et sommes "d'astreinte » une nuit chacun. Quand il se réveille la nuit nous allons auprès de son lit, nous lui disons des paroles rassurantes sans le prendre à bras puis retournons nous coucher. Si il pleure toujours ¼ d'heure plus tard, nous y retournons. Pour l'instant, la moitié des nuits il a dormi sans se réveiller de 20H à 8H, l'autre moitié, il s'est réveillé à 4H du matin (ancienne heure de la tétée) et a mis entre ½ heure et ¾ d'heure à se rendormir. Je suis certaine qu'à la fin de la semaine prochaine, quand ses grands frères rentreront de vacances, il n'y aura plus de problème et que je pourrais les faire dormir dans la même chambre, sans craindre que le petit ne réveille les grands.

A cette occasion j'ai relu des livres (« Le sommeil », de Marie Thirion ) et j'ai eu de multiples discussions avec des amies, bénéficié de nombreux conseils, souvent contradictoires bien sûr. Et j'ai réfléchi à ce que j'écrirais si je devais écrire un livre ou un article sur le sujet.

Je pense parfois à écrire un livre sur l'éducation. C'est assez prétentieux car il y en a déjà pléthore dans le domaine, et que je n'ai pas de choses nouvelles à dire, ce que je pense n'étant que la synthèse de ce que j'ai appris, entre autre par mes lectures. Mais je le dirais avec mes mots.
Que ce soit dans l'éducation ou dans la vie en général, je me réfère souvent à la prière de la sérénité, célèbre car elle clôture les séances des Alcooliques Anonymes, mais que l'on peut se donner comme objectif même si on ne croit pas en dieu et qu'on n'a pas d'addiction.

 Mon Dieu, donnez moi
Le courage de changer les choses que je peux changer
La sérénité d’accepter les choses que je ne peux pas changer,
Et la sagesse d’en connaître la différence. 


COMMENT MODIFIER CHEZ SON ENFANT UN COMPORTEMENT QUI NOUS POSE PROBLÈME ( Le courage de changer ce que je peux changer) :

Cette formulation est pour moi une forme de provocation car elle est en contradiction avec ma pensée. Elle présente l'enfant comme un objet sur lequel je pourrais agir, une sorte de « pâte à modeler » que je pourrais modifier à ma guise.
Je préfère penser l'enfant comme un être à part entière, en devenir, en construction, que je vais accompagner au fur et à mesure qu'il va grandir. Plutôt que de penser que je vais corriger son comportement, je préfère penser que le changement viendra de lui, et que je vais aider mon enfant à modifier lui même son comportement.
Pour aider un enfant ou un nourrisson à modifier un comportement qui nous dérange (s'endort au sein, ne fait pas ses nuits, fait des caprices ou des crises, refuse de manger ou de lâcher sa tétine...) je propose un cheminement en quatre étapes.

1/ Identifier le comportement qu'on veut voir changer, pourquoi on veut qu'il change, en quoi il nous dérange, est-ce le comportement ou les remarques de l'entourage nous dérangent, est-ce qu'on veut vraiment qu'il change, quel comportement on aimerait que notre enfant ait à la place, pourquoi... Et le dire à l'enfant ou au nourrissons (Tu te comportes de telle façon, ça me dérange pour telles raisons, je voudrais que tu te comportes de telle façon.)

2/ Faire le tour des théories, trucs et astuces, méthodes éducatives proposées par notre famille, notre culture, notre religion, nos amis, les professionnels (pédiatres, enseignants), les médias, les livres... Repérer la ou les méthodes avec lesquelles on est en accord, celle qui, instinctivement, nous parle. Celle que l'on va comprendre, dont la mise en œuvre ne nous fera pas violence, qu'on se sentira capable d'assumer, de défendre, d'appliquer. Choisir ou inventer en couple la méthode qui nous ressemble le plus, celle à laquelle on est prêt à croire.

3/ Choisir le moment où on va commencer à l'appliquer, quand on se sentira prêt, qu'on sera persuadé que notre enfant est prêt, qu'on sera assez reposé et assez disponible pour s'y mettre.

4/ Annoncer les nouvelles règles à l'enfant ou au nourrisson, et s'y tenir au moins 10 à 15 jours. Ne pas abandonner au bout de 3-4 jours sous prétexte que « ça ne marche pas » et appliquer pendant 3-4 jours une autre méthode qu'on abandonnera ensuite. Parfois, le fait d'avoir pris fermement une décision suffit à changer un comportement très rapidement. D'autre fois, l'enfant aura besoin de plus de temps pour intégrer de nouvelles règles et de nouveaux repères. Peut-être même qu'inconsciemment, il aura besoin de tester la solidité et la pérennité de ces règles.

Dans tous les cas, mettre en place un changement est difficile et provoque en nous des sentiments contradictoires. Nous éduquons nos enfants parce que nous les aimons, que nous voulons leur bien, mais nous avons parfois l'impression de leur faire du mal.
Leurs pleurs ou leurs protestations nous donnent envie de les consoler, ou au contraire, nous énerve et nous donne envie de les gronder. Nous avons parfois la tentations de nous excuser auprès de nos enfants de leur imposer un cadre que nous savons indispensable. Nous culpabilisons si nous ne faisons rien, nous culpabilisons quand nous mettons quelque chose en place.

Ça peut être rassurant pour l'enfant et ses parents de lui rappeler que l'amour parental est inconditionnel. De lui dire que c'est son comportement, et non pas lui-même, qui ne convient pas et que nous souhaitons voir changer.

NOUS NE SOMMES QUE DES PARENTS ( La sérénité d’accepter ce que je ne peux pas changer )

Dans notre vie professionnelle, nous avons parfois des compétences liées à l'enfance. Nous sommes peut-être enseignant, puéricultrice, psychologue, pédiatre... Mais vis à vis de nos enfants, nous sommes juste leurs parents. Nous ne pouvons (ni ne devons ? ) être parfait dans tous les domaines.
Il y a pourtant des points sur lesquels il nous semble impossible de « céder », des choses qu'on s'interdit de faire, ou qu'on fait avec beaucoup de honte et de culpabilité.

Par exemple :
- Je ne prépare que des pâtes et du jambon à mon fils car il ne mange que ça, alors que je sais qu'il devrait manger cinq fruits et légumes par jour.
- Je fais sauter la sieste à mon enfant alors que je sais que physiologiquement- il a besoin de sommeil, mais je n'arrive pas à le faire dormir.
- Je laisse ma fille débarquer dans notre lit à 4 heures du matin et finir la nuit avec nous.
- Je laisse mon enfant garder sa tétine, boire au biberon, manger avec les doigts.
- J'emmène mon enfant à l'école en poussette ou en le portant alors qu'il sait très bien marcher, mais refuse obstinément de le faire avec moi.
- Je l'habille ou range sa chambre car il ne le fait pas seul, ou met beaucoup trop de temps.
- Je laisse mon enfant regarder la télévision pendant 2 heures car c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour qu'il soit tranquille.

La liste pourrait être très longue...

Je crois que tant que nous ne démissionnons pas de toutes nos missions éducatives, que nous ne « cédons pas » dans tous les domaines, il n'y a rien de grave à abandonner certaines exigences. Notre éducation toute entière n'est pas mise en péril sous prétexte que nous ne sommes pas des surhommes, que nous ne sommes pas capables de tout faire, de tout assumer.
Nous nous épuisons parfois à essayer de changer un comportement de notre enfant sans y parvenir. Nous nous sentons nuls. On s'en veut, on en veut à son conjoint ou son compagnon, on en veut à son enfant.On se retrouve au centre de tensions et de conflits qui nous minent.
On s'obstine en vain à vouloir changer quelque chose sans y arriver, on se compare à tous ceux qui y arrivent, on a tout essayé, on devient sensible et à fleur de peau sur ce sujet. C'est une obsession, on n'est plus capable d'avoir une autre relation avec notre enfant, voire avec notre compagnon.

Abandonner la lutte, temporairement ou définitivement, est parfois salvateur.
C'est une façon de passer à autre chose, de découvrir ou redécouvrir d'autres aspects de la personnalité de notre enfant. De voir en lui du positif au lieu de se focaliser sur un point négatif.
En baissant son niveau d'exigence, en faisant preuve d'humilité, en acceptant simplement d'être les parents imparfaits d'enfants imparfaits, on peut faire retomber la pression. On peut instaurer une nouvelle relation (centrée sur la joie, l'amour, la fierté) avec notre enfant.


Dernière édition par Fanny le Jeu 8 Avr 2010 - 17:52, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://balladons.com/
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Faire ses nuits :: Commentaires

avatar
Re: Faire ses nuits
Message le Mer 7 Avr 2010 - 11:39  Nounouche94
Fanny , ce que tu as écrit me parle et me touche !

Juste un truc ... le titre que tu as choisi pour ton post a failli me faire passer mon chemin ... Mais j'ai vu que tu en est l'auteur(e) et je l'ai lu !
Je sais , pas facile de trouver un titre à la fois précis , accrocheur et corespondant au post !
avatar
Re: Faire ses nuits
Message le Mer 7 Avr 2010 - 11:48  £ugévinie
Fanny ... je garde ton sujet sous le coude, je n'ai pas assez de neurones disponibles en ce moment, à mon grand regret ... je n'arrive quasi plus à suivre certaines discussions disons les "réfléchies", ni même à réfléchir ...

Mais merci à toi de partager tes écrits ... je lirais dès que ma tête sera à nouveau à mon entière disposition ...
avatar
Re: Faire ses nuits
Message le Mer 7 Avr 2010 - 13:15  Fanny
Merci.
Effectivement, j'ai eu du mal à trouver un titre court qui résume le sujet, et donne en même temps envie de le lire.

Je viens de le changer en essayant de le rendre plus "séduisant", sans trhair ce qu'il y a à l'intérieur...
avatar
Re: Faire ses nuits
Message le Mer 7 Avr 2010 - 14:50  yakari
C'est très intéressant, j'ai tout lu et j'ai beaucoup aimé ce que je lisais.

La dernière partie rejoint tout à fait une petit anecdote que j'ai eu avec ma fille dans une période... "difficile". Elle devait avoir une 20ène de mois et nous étions en conflit sans cesse. Désemparée j'avais demandé conseil à une tante qui, de par sa profession, était toujours de bon conseil. Elle m'avait donc dit "tant qu'il n'y va pas de sa sécurité, essai d'être plus souple ! Si, par exemple, elle veut faire sa sieste avec des bottes en caoutchouc, laisse la faire". Le tout étant d'être en accord avec la décision que l'on a prise.

Merci Fanny pour ce partage.
avatar
Re: Faire ses nuits
Message le Mer 7 Avr 2010 - 16:04  doki
J'ai beaucoup aimé ton article.

Je pense vraiment que le + dur dans l'éducation d'un enfant, c'est d'admettre que nous, parents, nous soyons imparfaits.
Comme, je le dit très souvent lorsque que je parle de "méthodes" d'éducation avec d'autres personnes, quand on élève un enfant, on ne fait pas ce qu'on veut, on fait ce qu'on peut pour le guider au mieux dans la vie
avatar
faire ses nuits
Message le Mer 7 Avr 2010 - 16:42  ppm
très très bien cette analyse. j'ai flashé sur la citation aussi. je crois moi aussi qu'il faut s'impliquer dans les défis qui nous semblent réalisables, la perfection ça n'existe pas, du coup on ne peut pas l'exiger des autres.
on a tous des valeurs qui nous sont propres et qui nous sont venues de notre propre histoire, avec nos influences personnelles. rien ne sert d'éduquer selon les idéaux du voisin,, il faut que l'on puisse remplir notre mission en faisant honneur à ce que l'on pense être le meilleur. par contre il est bon de faire le tour des spécialistes avant de fixer son objectif. certains ont passé leur vie à observer les réactions des petits, et je crois bien que leurs conclusions peuvent nous faire gagner du temps.
ton projet d'écriture n'est pas prétentieux mais prometteur. bonne chance.
avatar
Re: Faire ses nuits
Message le Sam 25 Juin 2011 - 17:13  Boucles
je viens seulement de lire ton texte fanny (je suis nouvelle sur le forum!) et je peux te dire franchement que ce que tu as écrit est touchant, très beau et tellement réel .... C'est sur que ns sommes des parents "pas parfaits du tout" avec des enfts non plus parfaits !
toute l'éducation tourne autour des limites de chacun ... mais surtout de nos limites ... en tant que parents ns avons un rôle décisif concernant les choix qu'on impose (ou non) à notre enft, et c'est ce qu'il fera de lui un adulte (équilibré ? stable ?)

écris ton livre je te le conseille vivement !!

Re: Faire ses nuits
Message   Contenu sponsorisé
 

Faire ses nuits

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nounous taties et cie :: Forum "Petite Enfance" :: Fourre tout Petite Enfance-
Sauter vers: